Moltex: petits réacteurs nucléaires modulaires à sels stables

You are currently viewing Moltex: petits réacteurs nucléaires modulaires à sels stables
  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Startups

Moltex est une entreprise britannique développant des petits réacteurs nucléaires modulaires à sels fondus.

La technologie Moltex: des petits réacteurs nucléaires à sels fondus

Moltex produit des réacteurs à neutrons rapides utilisant comme caloporteur des sels fondus un peu particuliers: des “réacteurs à sels stables” (RSS). Les assemblages sont de longs crayons de 10mm de diamètre sur 1,6 mètres avec une petite cloche au bout, pour laisser s’échapper les gaz produits lors de la fission. Le combustible est mélangé à des sels fondus dans le crayon: 2/3 de chlorure de sodium et un tiers d’un mélange contenant notamment du plutonium. (Wikipedia)

Ces réacteurs seraient particulièrement sûrs, ne pouvant notamment pas générer de césium et d’iode, les gaz radioactifs dangereux qui ont posé problème lors des accidents de Fukushima et, surtout, de Tchernobyl. De plus, le réacteur s’auto-régule complètement. Aucun système actif ou opérateur ne serait nécessaire.

Les sels fondus produisent une chaleur de 750°C. Le coût initial du RSS serait de 1500€/kW, contre 2930€ pour une centrale à charbon et 6750€ pour les réacteurs EPR de Hinkley Point. Cela amènerait un prix moyen de l’électricité (LCOE) à 35€/MWh.

Les utilisations : Moltex Flex ou Clean Power

La technologie Moltex a deux axes:

  • proposer un moyen de production d’électricité bas carbone flexible se combinant bien aux énergies renouvelables, c’est Moltex flex.
  • Recycler le combustible nucléaire usagé, c’est Moltex Clean Power.

Moltex Flex

Moltex Flex développe le réacteur “FLEX” (rq: il n’est pas à neutrons rapides ? C’est é). Leur dimension serait particulièrement petite, 40MWth et les installations, n’ayant pas besoin de systèmes complexes de sécurité, le caloporteur régulant bien sa propre température, seraient très compactes : de l’ordre d’une maison de deux étages ! Ils disent même qu’il pourrait tenir dans un camion de 12 mètres. Le réacteur est alimenté en une fois pour 20 ans, il y a donc très peu de maintenance et de coûts d’exploitation.

Le réacteur est combiné avec une solution de stockage d’énergie thermique (probablement des sels fondus, comme Airthium ?) appelée GridReserve, permettant de tripler la capacité de production si besoin. Globalement, ils seraient très flexibles et permettraient d’augmenter ou diminuer rapidement la charge, ce qui en ferait une énergie d’appoint idéale pour les pics de consommations et les énergies renouvelables.

Ces petits réacteurs pouraient même être utilisés pour alimenter des cargos. Leur flexibilité et la génération de températures élevées des sels fondus (750°C) les rendraient idéaux pour la cogénération, pour alimenter des réseaux de chaleur urbains ou se combiner à des processus industriels. On pense notamment à la synergie avec l‘électrolyse haute température (EHT).

Moltex Clean Power

Moltex clean energy développe également des réacteurs destinés à la gestion des déchets radioactifs:

  • Un procédé de retraitement du combustible usagé sous forme de sels stables (WAste To Stable Salt, WATSS).
  • Un réacteur à neutrons rapides recyclant du combustible usagé (Stable Salt Reactor-Wasteburner, SSR-W). Le principe semble assez simple: le combustible usé contient 96% de matière réutilisable (essentiellement de l’uranium de retraitement, URT).

Actualités et financements

Moltex a notamment reçu 50.5 millions de dollars du gouvernement du Canada en mars 2021 pour développer (si j’ai bien compris) un premier réacteur au Nouveau-Brunswick: un Wasteburner de 300MWe et une usine de retraitement WATSS (WAste To Stable Salt) sur le site de la centrale nucléaire de Point Lepreau à Saint John (Nouveau-Brunswick).