fbpx

Les startups créant des circuits courts

Il y a plusieurs grandes catégories de startups de circuits courts.

D’abord (et principalement), les plateformes d’intermédiation. La plus connue est sans doute LaRucheQuiDitOui (FR) et son réseau de producteurs et de revendeurs. On trouve plusieurs plateformes en ligne soit à destination des professionnels, comme Procsea (FR), marché en ligne de poisson, ou Promus (FR); soit à s’adressant aux consommateurs finaux, comme Okadran (FR), Alancienne (FR), Kelbongoo (FR) ou Pois’caille.

On peut aussi mentionner certaines applications pour lutter contre le gaspillage qui font, au final, du circuit court : Fresh Me Up (FR) et Full Harvest permettent aux fournisseurs de nourriture de vendre des produits déclassés, en surstocks, queues de lots et autres bons plans. Dans la même idée, Phenix (FR) et TooGoodToGo (FR) permettent d’acheter directement les aliments invendus.

Il y a également les facilitateurs, comme A2pasdici (FR) permet aux grandes surfaces d’installer facilement un stand où des producteurs locaux vendent leurs légumes, ou Mooveat (FR), une application mobile recensant les solutions locavores sur une carte. Imaleo (FR) facilite les intéractions entre les protagonistes du circuit court.

De manière générale, elles semblent toutes assez petites et je n’ai pas trouvé de projet international.

Des obstacles

Ces Greentechs développant des solutions de circuit court vont devoir surmonter plusieurs obstacles.

Du côté du consommateur, il y a deux problèmes à surmonter : le prix et la praticité.

Est-ce que l’absence de d’intermédiaires compensera les moindres économies d’échelle ? Est-ce que le prix final arrivera à être aussi bas que celui des circuits longs ? Sinon, est-ce que le consommateur acceptera de payer le surcout ? En outre, est-ce que les personnes habituées à faire leurs courses en une fois au supermarché accepteront de devoir aller ailleurs pour les produits frais ?

D’un point de vue plus global, on peut se demander s’il n’y a pas un problème de taille de marché et de barrières à l’entrée : est-ce qu’il y a de la place pour plusieurs plateformes d’intermédiation entre producteurs et consommateurs ? Pire, si le marché était rentable, qu’est-ce qui empêcherait Amazon, expert en logistique, de le prendre ?

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *