Nuscale certifié par la NRC (US). Le premier PRM (=SMR) ?

You are currently viewing Nuscale certifié par la NRC (US). Le premier PRM (=SMR) ?

L’U.S. Nuclear Regulatory Commission (NRC), l’agence de régulation nucléaire américaine, a certifié le 19 janvier 2023 le réacteur Nuscale (rq: la décision devient effective le 21 février 2023). C’est le premier PRM (Petit réacteur modulaire, ou SMR, Small Modular Reactor en anglais) autorisé dans le monde.

Rappel: l’intérêt des PRM

Les PRM pourraient révolutionner la production d’énergie décarbonée de plusieurs manières:

  • Vu qu’ils sont modulaires, ils peuvent être construits dans des usines dédiées, ce qui augmente considérablement l’efficience du processus (il n’y a pas besoin de déplacer les capacités de production)
  • Il est possible de maintenir une production continue de réacteurs, même sans commande, ce qui augmente globalement la productivité
  • Il y a besoin de moins de main d’oeuvre sur place, ce qui facilite l’installation dans des pays disposant de peu d’ingénieurs et d’infrastructures.
  • Leur petite taille, enfin, permet d’intégrer leur production à des circuits de production, notamment pour faciliter la récupération de chaleur (cogénération).

Pour approfondir, vous pouvez consulter notre article sur les petits réacteurs modulaires.

Le réacteur modulaire Nuscale autorisé par la NRC

Le réacteur Nuscale est basé sur un petit réacteur à eau légère développé par l’Université d’Oregon au début des années 2000. Le bâtiment certifié contiendrait 12 unités de production, chacune étant composée d’un coeur, d’un pressuriseur et de deux générateur de vapeur. Chaque unité (ou module) peut générer jusque 160 mégawatts thermiques (MWth), pouvant être transformés en 50 mégawatts d’électricité (MWe). Un bâtiment peut donc générer 600MWe au total.

Les unités sont partiellement immergées dans une piscine commune. Il y a plusieurs “approches inédites pour accomplir les fonctions de sécurité clés” de manière passive: il n’y a pas besoin de générateur diesel d’urgence, ni de pompe d’injection en cas d’incident. C’est un gros atout, qui pourrait empêcher complètement que se reproduisent des accidents comme Fukushima ou Tchernobyl, qui résultaient justement du dysfonctionnement des pompes et générateurs.

Nuscale aurait déjà signé des accords pour déployer ses PRM dans 12 pays différents, incluant notamment la Pologne, la République Tchèque et même la Jordanie.