fbpx

SEDIPEC est une startup française qui développe des protections anti-inondations connectées permettant de protéger toutes les ouvertures (porte, fenêtre, baie vitrée, aération, garages…) d’une maison contre les inondations.

Jonathan Flahaut, cofondateur du projet, a accepté de répondre à nos questions.

Quels sont les enjeux environnementaux auxquels Sedipec répond ?

Notre mission est de réduire le nombre de dommages causés chaque année en France par les inondations, tout en participant à la conception de l’habitat résilient de demain.

1. L’inondation est l’un des principaux risques naturels dans le monde et il s’agit de la catastrophe naturelle causant le plus de dommages. (40 % du territoire français est concerné, 1 milliard de dégâts par an)

2. Malgré les nombreuses préconisations (batardeaux, sac de sable, coussins gonflants, etc.), l’eau continue d’entrer dans les maisons principalement par les portes et les garages.

3. Quand une alerte de ruissellement est donnée, les habitants ont très peu de temps (souvent 15 minutes) pour réagir et les protections actuelles ne permettent pas d’être réactif face au risque.

Données chiffrées :

  • 40 % du territoire français en zone inondable
  • 7 MILLIONS D’HABITANTS en zone inondable
  • 3,7 MILLIONS DE LOGEMENTS concernés
  • 2 MILLIARDS d’euros de dégâts constatés par an
  • 17 MILLIONS DE PERSONNES impactées directement ou indirectement par les inondations en France par an

Quelle solution propose Sedipec ?

En expliquant mon projet à la Métropole de Nice, un des responsables m’a dit que leur problématique majeure reste les crues éclairs, les effets de ruissellements. Il s’agit de trombes d’eau qui tombent et glissent sur le béton, entrainant ainsi une arrivée rapide vers les quartiers en aval. Les populations exposées ont que 15 minutes pour se protéger.

J’ai demandé quelles étaient leurs solutions de prévention face à ce risque et un des responsables m’a dit qu’ils envoyaient un SMS push aux propriétaires des biens exposés au risque.

À ce moment précis, j’ai eu le déclic. Je me suis dit qu’on était capable d’alerter à temps les propriétaires par SMS, alors on serait capable d’envoyer également ce signal sur mes protections.

L’idée des portes coupe-feu m’est venue à l’esprit, et sur le même principe, quand les caméras intelligentes placées en amont sur les ponts et montagnes détectent un niveau d’eau critique, elles peuvent également envoyer un signal à mes protections pour qu’elle s’enclenche avant l’arrivée du danger.

Ainsi, nous avons repensé le volet battant en lui apportant des fonctions supplémentaires et complémentaires afin de sécuriser les biens et les personnes contre les inondations. Ces volets hermétiques peuvent être connectés au système d’alerte locale afin d’apporter une protection permanente et autonome. Nous avons nommé ce produit INOLOCK (Ino = Déesse des naufragés et Lock = verrouillage).

Nous sommes également en collaboration avec la société OGOXE (labélisée également GreenTech Verte) pour connecter notre solution à leur système de surveillance des cours d’eau. La complémentarité de nos services respectifs donnera naissance à des protections entièrement autonomes pour anticiper le danger et empêcher l’eau de rentrer dans les maisons.

Une porte Sedipec

Quelle valeur ajoutée apportez-vous à vos clients ?

Proposer des protections permanentes et autonomes afin d’anticiper le danger pour planifier au mieux l’évacuation de l’occupant.  Avec nos dispositifs, nous pouvons protéger une maison en quelques secondes.  

Est-ce que vous avez identifié des concurrents ? Si oui, quels avantages concurrentiels vous en distinguent ?

Directs

Nous avons 2 concurrents directs en activité :

  • Torbau Schwaben GmbH : Il s’agit d’une société industrielle allemande qui propose des portes et portails innovants. L’entreprise a développé 2 solutions anti-inondations sous la marque Aqualock : des portes de garage et des portes d’entrée.
  • Esthifrance : Il s’agit d’un revendeur de produits allemands qui propose une large gamme de produits anti-inondations afin de s’adapter à toutes les situations

Indirects :

Nos dispositifs sont multifonctions et hybrides, ce qui fait que nous avons de nombreux concurrents indirects.

Le batardeau est LA solution préconisée par le référentiel des travaux de réduction de la vulnérabilité du bâti en France depuis sa création en 2003.

Il s’agit d’une cloison que l’on fixe devant les orifices de la maison, qui empêche l’eau de passer jusqu’à 1 m de hauteur.

Le principal problème est que ce dispositif n’est pas lisse au mur, et par conséquent se laisse facilement arracher lors d’une inondation.

De plus, ce mécanisme demande une installation récurrente annuelle et ne fait donc pas partie des gestes du quotidien que nous avons pour habitude de faire. Il vous rend dépendant de votre habitat, car vous devez pouvoir l’installer en cas de crise.

AVANTAGES CONCURRENTIELS

Notre principal atout est la mise en place de nos dispositifs. Il suffit de faire un geste du quotidien pour être en sécurité : fermer ses volets.

Un volet : 2 fonctions et 2 atouts

Son principal produit de substitution, le batardeau, demande une installation plus contraignante ; il faut penser à le poser à chaque fois qu’il y a un risque potentiel. Il est nécessaire avec le batardeau de rester proche de la construction au cas où il y a un problème.

De plus, nos dispositifs sont « lisses » au mur lorsqu’ils sont verrouillés. Cela empêche tout objet imposant d’arracher le mécanisme.

Ils sont personnalisables ce qui permet d’améliorer l’esthétisme des constructions au lieu de le dégrader comme les solutions concurrentes.

  • Nos dispositifs ont la nécessité de résister à 950 kg de pression par mètre carré, cela s’explique par le besoin de supporter une forte pression en cas d’une montée des eaux. À titre d’exemple, pour être certifié NF un volet doit résister à une compression de 15 kg par mètre carré et les volets les plus haut de gamme montent à 150 kg.
  • Ils tiennent des chocs à 600 joules pour résister à des impacts de débris de 50 kg les frappant à 14 km/h. Les vitesses du courant enregistrées lors d’inondations sont généralement inférieures à 20 km/h en montagne et 10 km/h dans les plaines. (Contrairement à nos concurrents batardeaux résistant à 100 joules)
  • Pour garder le volet le plus maniable possible et ne pas endommager nos charnières, nous prenons en compte le poids du volet afin de ne pas excéder les 40 kg. Cela s’explique par la matière composite (fibre de verre et polyester), plus résistant que l’acier et 5 fois plus léger.
  • Contrairement à nos concurrents, nos produits sont imputrescibles, résistent aux moisissures, aux rayons de soleil et au gel ainsi qu’à la corrosion.

Qu’est-ce qui empêche actuellement Sedipec d’occuper complètement son marché ?

Vendre, vendre et encore vendre afin d’entamer une levée de fonds.

Nous souhaitons lever 1,5 million d’euros pour la conception de nouveaux produits, l’étude de la partie connectée sur le cas d’une collectivité locale et l’embauche de 10 à 15 salariés, comprenant des profils d’ingénieurs, des commerciaux et un responsable CTO.

Nous allons également nous rapprocher du CEREMA, auprès de la Direction du Bâtiment durable afin de réaliser des tests thermiques pour répondre aux nouvelles normes RE 2020 et certifié nos produits auprès de la CSTB.

Le maximum de dilution pour ce premier tour de table sera de 25 %.

Nous serons accompagnés également avec Initiativas afin de remplir le dossier I-lab de BPI France afin de dégager jusqu’à 1 million de subventions également.

RESEAUX SOCIAUX

FB : https://www.facebook.com/SEDIPEC/

Linkedin : https://www.linkedin.com/company/sedipec

Catégories : Cas incertains

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *