Ombrea : La maîtrise du micro-climat

Ombrea : La maîtrise du micro-climat

Ombrea propose des installations donnant aux cultures l’ombre dont elles ont besoin.

Avec le déréglement climatique, les évènements extrêmes, comme les sécheresses ou la grêle, vont devenir de plus en plus fréquents. On a pu récemment le voir, beaucoup d’exploitations ayant souffert en mars et avril 2020 d’une absence de pluie prolongée.

Une des solutions est, en cas de chaleur excessive ou de grêle, de mettre des filets d’ombrage ou antigrêle. Toutefois, cela demande un travail supplémentaire, difficile à gérer en terme de main d’oeuvre et n’est pas flexible.

Filet d’ombrage. Source : jardinetsaisons.fr

La solution Ombrea

Ombrea propose une solution beaucoup plus intéressante : des panneaux automatisés intelligents. Grâce à une armée de capteurs et un savoir-faire qui se perfectionne, l’engin donne à la plante l’ombre dont elle a besoin. En option, les panneaux peuvent produisent de l’électricité à l’aide de cellules photovoltaïque.

Ainsi, Ombrea améliore les rendements de la plante et diminue le besoin d’irrigation. Selon la startup, leur solution aurait augmenté les rendements de + 63% pour des plants de tomate et de + 50% pour une culture de fraise et diminué les besoins en eau de – 43 % pour la tomate. Je n’ai toutefois pas trouvé d’étude scientifique sur le sujet (cela doit par exemple varier en fonction du type d’événement climatique enduré et de son intensité).

On remarque des similarités importantes avec Sun’Agri, qui semble proposer une solution très proche, mais avec des panneaux qui pivotent au lieu de coulisser et en étant plus centrés sur la production d’électricité.

Elle s’inscrit dans notre catégorie Green Agritech et plus précisément dans l’agriculture de précision.


Il me reste plusieurs interrogations qui m’empêchent de voir à quel point le dispositif est intéressant :

  • Quel est le ROI (Retour sur investissement) prévu pour les exploitants ?
  • Quels sont les dommages imputables aux événements climatiques extrêmes subis par les exploitations qui auraient pu être prévenus par l’utilisation d’Ombrea ? Pour les vignobles ? Cela donnerait une bonne idée de la taille du marché.
  • Les vignobles semblent être des clients tout désignés pour eux : ce sont des cultures fragiles, à forte valeur ajoutée et un énorme marché en France. Quel est le blocage qui empêche leur solution d’être implantée dans tous les grands vignobles français ?
  • Est-ce que les filets antigrêle se mettent en place automatiquement ? Sinon, quelle est la valeur ajoutée par rapport aux filets antigrêle classiques ?
  • Quel est l’impact carbone des infrastructures ?

Comme toujours, si vous avez des critiques (ou feedbacks), ça me ferait super plaisir de les voir en commentaires ou par mail 🙂


Quelques articles :

Laisser un commentaire