Hydrogenics: une figure de l’hydrogène acquis par Cummings et Air Liquide

You are currently viewing Hydrogenics: une figure de l’hydrogène acquis par Cummings et Air Liquide

Hydrogenics était une entreprise développant des électrolyseurs et piles à combustibles, notamment pour des solutions de “power to gas”. Elle a été rachetée par Cummings et Air Liquide en septembre 2019.


L’histoire de Hydrogenics

En 1988 est né Traduction Militech Translation, qui est devenu en 1990 Hydrogenics. Elle développe les technologies de pile à combustible depuis 1995.

Elle acquiert respectivement EnKAT GmbH et Greenlight Power Technologies (pile à combustible) et Stuart Energy (électrolyseurs alcalins) en 2002, 2003 et 2004. L’entreprise a développé un partenariat avec une entreprise de télécommunications, Commscope en 2010. Cette dernière a notamment investit 8.5 millions de dollars.

Elle a développé de nombreux projets, notamment des démonstrateurs de power-to-gas et des stations à hydrogène.

L’entreprise a été acquise par Cummings à 81.4% et par Air Liquide à 18.6% le 9 septembre 2019 pour un total de 290Mn$.

Les produits autour de l’hydrogène

Actuellement, le site “http://www.hydrogenics.com” renvoie vers le site de Cummings. Toutefois, en parcourant l’archive du site, on peut retrouver ce que proposait l’entreprise. On le retrouve sur cette page:

  • Electrolyseurs PEM et alcalins pour applications industrielles et stations de recharge.
  • Piles à combustibles pour véhicules à hydrogène (bus de transit urbains, des flottes commerciales, des utilitaires ou des chariots élévateurs)
  • Piles à combustible pour applications stationnaires
  • “Power-to-Gas”

On apprend pas mal de choses intéressantes en lisant leurs fiches produits.

Des électrolyseurs alcalins ou PEM

Commençons par le modèle “HySTAT™10 – INDOOR“. Il s’agit d’un électrolyseur alcalin produisant entre 4 et 10 Nm3/h (= “normo-mètres” et non “nanomètres”), ce qui correspondrait à 8.6 à 21.5 kg/ jour. La pression de sortie serait de 10bars (30 en option). Sans “HPS” (Hydrogen Purification System) la pureté serait de 99.9% contre 99.998% avec. Il y aurait même une option pour aller au-delà de 99.999%. Il consommerait 4.9 kWh/Nm3 et sa puissance serait de 140KW.

On voit immédiatement apparaitre la problématique de la pureté de l’hydrogène: certaines applications comme l’électronique demandent qu’elle soit extrême: < 2ppm !

HySTAT™60 – OUTDOOR pourrait, quant à lui, produire 24 à 60Nm3/h, soit 52 à 130kg par jour. Sa puissance maximale serait 515KW.

Les deux semblent se présenter sous la forme d’un container, d’un volume de l’ordre de 15 tonnes. Certains modèles peuvent être combinés à un compresseur pouvant compresser le gaz à 150 ou 200 bar.

Solutions “power to gas”

Ils ont visiblement lancé de nombreux projets “power to gas”. On observe que beaucoup prévoient d’utiliser des moteurs à combustion pour produire de l’électricité et non des piles à combustibles, qui ont pourtant un rendement plusieurs fois supérieur …

  • Galice, Espagne: un HySTAT60 serait couplé à 24 éoliennes pour que l’hydrogène soit stocké, puis brulé par un moteur à combustion pour produire de l’énergie. J’imagine pour absorber les pics de production ?
  • Port Talbot, Pays de Galles. 20kW de solaire / éolien alimenteraient un HySTAT10, un système de stockage, une pile à combustible HyPM 12kW.
  • Meckl-Vorpommern, Allemagne. Utilise une ferme éolienne de 140MW pour alimenter 1MW d’électrolyseurs, couplé à un système de compression et stockage. L’électricité est produite par un moteur à combustion.
  • Stuttgart, Allemagne. Un HySTAT60 récupèrerait le CO2 d’une centrale à biogaz pour méthaniser l’hydrogène. Je ne comprends pas: ca fait une boucle, les pertes d’efficiences en moins. Ils utilisent de l’électricité pour faire de l’H2, pour le méthanifier, puis en faire de l’électricité.
  • Falkenhagen, Allemagne. Une installation de 2MW d’électrolyseurs (6 HySTAT60) et un compresseur aurait pour objet d’absorber les surplus d’énergie et injecterait l’H2 dans les canalisations de gaz.
  • Puglia, Italie. 1MW d’électrolyseur produirait 200Nm3 d’hydrogène, qui pourrait être stocké dans un stockage d’ “hydrogène solide” (= sans doute des hydrures d’hydrogène) de 39MWh.
  • Herten, Allemagne. Un système de piles à combustible de 50kW et un HySTAT30 pour absorber le surplus d’énergie.

Ils proposent également des stations de recharge d’hydrogène et on fait une vingtaine de projets, mais je ne détaille pas.